Print Friendly, PDF & Email

Un lien vers une courte intervention en vidéo de Bernard Benattar,

« Consultant philsophe du travail, Fondateur du réseau de l’Institut Européen de philosophie pratique, philosophe engagé dans le monde du travail et de l’entreprise ».

Sans être très cultivé en philosophie, j’apprécie toujours d’y trouver quelques repères et points d’attache.  Tous les pilotes ont besoin de balises pour se repérer  !

Bon, la vidéo est à voir ici :

http://penser-ensemble.eu/blog/page3/files/conference.html

Bernard Benattar y lance la discussion sur le   sujet du Bien-Etre au travail.

Lorsqu’on est un manager soucieux de valeurs, on pense assez facilement au bien-être de ses collaborateurs. Mais la philosophie, c’est d’abord penser par soi-même, se penser soi-même, et donc, explorons d’abord notre propre bien-être ! Je souscris à 100% à ce point de vue. Le changement, y compris social et politique, part de l’intérieur.

Dans la suite il passe en revue quelques conditions possibles du bien-être : l’avoir, le confort, la sécurité, la satisfaction des besoins, le plaisir…

hmmoui, bon, peut-être… sa proposition, c’est le DESIR :

« moteur principal de la puissance d’agir » (ça, c’est du Spinoza), le désir et l’opportunité de le vivre pleinement serait une clé du bien-être.

Attention, vivre le désir, ce n’est pas simplement « le réaliser » et ainsi l’éteindre. Le désir peut se développer sans cesse, fleurir, évoluer, s’amplifier, faire des pauses, s’enrichir.

Pour lui , le principal désir est un désir de création de sens : « j’aime agir quand je me sens désireux du sens que je vais pouvoir créer ».  Son métier, c’est vraiment la philosophie ! Pour moi-même, il me vient plutôt quelque chose comme « je me sens bien quand l’échange apporte du bonheur en plus et ouvre l’appétit pour continuer ».  D’autres mettront  en avant la dignité, la beauté, la qualité des relations, ou encore l’action, l’harmonie, …

Le désir, la recherche du désir correspondant à chacun y compris dans le monde du travail, un travail pour formuler ce désir  et  mettre en place les conditions pour qu’il vive et se développe, voilà une clé intéressante et … très « Empreinte Positive » !

Bon, il ne reste plus qu’à construire les outils de management et d’intervention qui vont dans ce sens ! Facile ? réfléchissons-y..