Exploration Appréciative : une nouvelle vague pour le coaching d’équipes ?

/, Leadership Humaniste, Références/Exploration Appréciative : une nouvelle vague pour le coaching d’équipes ?

Exploration Appréciative : une nouvelle vague pour le coaching d’équipes ?

Print Friendly, PDF & Email

Le coaching n'est pas de la psychothérapie, chacun le sait. Mais il est bel et bien apparu dans le paysage du management, dans le sillage des psychologies  humanistes développées aux Etats-Unis à partir des années 1960. Chaque coach plonge quelque racine dans ces courants : la PNL de Grinder et Bandler, l'Analyse Transactionnelle d'Eric Berne, la Gestalt Thérapie de Fritz Perls, l'Approche Centrée sur la Personne de Carl Rogers, sans oublier les ombres bénéfiques d'Abraham Maslow, de Viktor Frankl, de Carl Gustav Jung.

Aujourd'hui une nouvelle proposition apparait. Dans le domaine de la psychologie, c'est l'école de la "Psychologie Positive" proposée par Martin Seligman à Chicago, et qui s'attache, pour résumer, à l'étude des gens qui vont bien

[1] – par contraste avec une psychologie classique qui se préoccupe surtout des problèmes et des dysfonctionnements. En parallèle, David Cooperrider a exploré dès les années 1980 une nouvelle approche de l'accompagnement des équipes et des organisations, l'Appreciative Inquiry (Exploration Appréciative). Fondamentalement, il s'agit face à un problème d' "apprécier et amplifier ce qui marche déjà bien", plutôt que de concentrer l'énergie sur la traque aux manques et aux dysfonctionnements.

Le lien entre ces deux courants parait évident, mais il n'a été fait que tardivement. L'Exploration Appréciative est… "appréciative" ou positive, en ce qu'elle se focalise sur les expériences déjà vécues sur la voie de la réussite, de la résolution des problèmes. Elle est résolument co-constructive, s'appuyant sur les personnes concernées, Je renvoie les lecteurs à Jean Pagès[2] pour un descriptif de l'approche, sur laquelle une grande masse de littérature libre et gratuite est aussi disponible sur le web[3].

J'ai eu l'occasion d'expérimenter une première mission basée sur l'exploration appréciative. Il s'agissait d'aider les membres d'un Comité de Direction à mieux coopérer. Sujet classique… mais expérience tout à fait nouvelle. Au point que je me demande ici, si cette approche ne représente pas une vraie "nouvelle vague", une marche actuelle à franchir pour les managers européens, un nouvel outil puissant à ajouter à l'arsenal du coaching. Voilà ce que j'ai commencé à observer.

Une expérience psychologique unique

La phase de "découverte" permet aux personnes de s'exprimer intimement sur des expériences vécues dans le sens de la coopération – le sujet du jour – puis de partager ces expériences, en petits groupes et enfin devant le collectif. Les visages, les sourires, l'attention portée des uns aux autres, la volonté de construire.. l'atmosphère était belle, vivante. Il y avait un vrai bruissement d'écoute et de construction. Le changement vers plus de coopération, en réalité, était en marche dès les toutes premières minutes du travail ! L'Exploration Appréciative est une méthode de changement ancrée dans la nature humaine, en tout cas dans la part immense de la nature humaine qui cherche à valoriser ses expériences, à progresser, à grandir, à partager.

Une véritable co-construction

Depuis la "théorie Y du management" de Mc Gregor, et avec toute la vague managériale des années 60, on consulte et fait participer les acteurs. Ici, dans l'Exploration Appréciative, on est un pont plus loin : ce sont véritablement les acteurs qui font les réponses, qui construisent. C'est le leadership qui est consulté. Cela demande pas mal de courage et de confiance; mais après tout, plutôt que de continuer à se battre contre les résistances au changement, et si on donnait vraiment la parole aux personnes concernées, est-ce qu'on n'irait pas plus vite et plus loin ?

Un leadership bien placé

Dans l'Exploration Appréciative le "leadership", les commanditaires, définit la question de départ et met en place les processus de facilitation. C'est un leadership par le sens et par les processus, bien plus puissant que le leadership directif classique – plus puissant, parce qu'il s'appuie sur l'énergie et les compétences des gens en relais de celles du leader. Mes lecteurs  connaissent ma définition du leadership, conforme d'ailleurs à l'étymologie du mot : le leader, c'est celui qui invite les autres à un mouvement et qui est suivi volontairement – quelle que soit sa position hiérarchique officielle, au fait.

L'Exploration Appréciative demande, cultive et développe un leadership posé à sa juste place : celle du respect et du développement des personnes, celle de l'affirmation et du partage du sens.

(Dé?)poser les problèmes

La principale inquiétude concernant l'Appreciative Inquiry, c'est son côté positif : naïve, irrationnellement optimiste, adaptée au monde de bisounours auquel les coachs s'obstinent à croire, voire réservée à nos grands enfants nord-américains…

Effectivement si l'on nie les problèmes, si on ne prend pas la peine de les entendre, la méthode cale ou ne fait que glisser à la surface des choses. Un Codir peu coopératif doit pouvoir dire comment il dysfonctionne, et être entendu. L'exploration appréciative n'est pas une paire de lunettes roses mais un choix de posture et de méthode: pour traiter de vrais problèmes, de vrais blocages, de vraies difficultés, on choisit de tirer le fil des germes de solutions, des débuts d'expérience réussies.

Sans doute l'approche n'est-elle pas adaptée  dans certaines situations de crise : lorsque la relation de confiance n'est pas établie entre les gens, lorsque la légitimité du leadership est en question, lorsque les réponses ne peuvent venir que de l'extérieur. On ne construit pas sur un sol trop faible.

Applications

Après le Team-Building convivial, l'analyse des types de personnalité et de leurs relations, le regard systémique pour les plus audacieux, je crois que nous avons ici à disposition un outil puissant pour accompagner les équipes. Les bons coachs d'équipes y retrouveront sans doute des postures qu'ils pratiquent déjà, ici packagées de manière claire. Techniquement, la méthode peut être conduite auprès d'équipes petites, moyennes ou grandes – avec des niveaux de consolidation intermédiaires.Je la vois particulièrement adaptée pour :

  • Réussir un changement stratégique dans les équipes [4]
  • Retrouver un sens, une dynamique dans des organisations sclérosées ou marquées par des changements mal vécus
  • Définir un nouveau projet d'équipe, de service, d'entreprise
  • Lancer un nouveau produit, un projet de conquête
  • Accompagner une équipe projet
  • Accompagner une fusion, une réorganisation importante
  • Aborder une situation difficile, une impasse
     

L'Exploration Appréciative est aussi adaptée dans les situations où l'on voudrait progresser, sans qu'il y ait de problème aigu, Elle permet d'échanger sur de nouvelles idées, de se mettre en mouvement vers de nouvelles frontières, d'inspirer de nouveaux enthousiasmes. La santé d'une organisation, ce n'est pas seulement l'absence de problèmes, c'est – comme pour l'individu – la pleine possession de ses moyens !

Lançons-nous !

 


[1] A lire : Introduction à la psychologie positive,Jacques Lecomte, Dunod 2009

[2] Jean Pagès, le coaching avec la méthode Appreciative Inquiry, Editions d'organisation, 2007

[3] Appreciative Inquiry Commons

[4] Exploration Appréciative : du nouveau dans la conduite du changement
 

 

 

2016-11-03T08:54:34+01:00

3 Comments

  1. admin 6 mars 2012 at 20 h 32 min - Reply

    bonjour Pascal

    Je ne suis pas les phénomènes de mode. Toutefois, ce que vous décrivez est intéressant car il permet de s'ouvrir à un autre état d'esprit et de considérer les situations à partir de ce qui va bien.

    Il est vrai que nous avons plus souvent tendance à pointer ce qui va mal. L'un n'empêche pas l'autre d'ailleurs. Ce que vous décrivez, je le pratique dans ma vie courante ce qui ne m'empêche en rien d'améliorer ce qui demande à l'être. Et je transfère cela aussi dans mon activité professionnelle.

    Il ne s'agit pas de voir le verre à moitié vide ou à moitié plein mais plutôt de se servir du plein pour voir le vide autrement.

    Bonne journée !

    Commentaire de Patricia Voisin-Aujoux sur Viadeo

  2. Pascal 6 mars 2012 at 20 h 48 min - Reply

    Se servir du plein pour voir le vide autrement : c'est exactement ça ! Une autre formulation qui m'avait été proposée : " prendre la décision d'avancer vers la lumière…"

  3. admin 26 mars 2012 at 18 h 12 min - Reply

    Bonjour Pascal et merci pour ce post appréciatif !
    Pour pratiquer également l'Appréciative avec des équipes de tailles diverses, je peux témoigner également du grand PLAISIR que j'ai à partager cette aproche joyeuse et solidaire, qui permet de recréer le lien entre collaborateurs, la bienveillance dans une équipe, et l'enthousiasme dans l'entreprise.
    C'est un outil magique, à consommer sans modération 🙂

    Aurélie Duclos sur Viadeo

Leave A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com