L’entreprise digitale, paradis ou folie ?

Home/Entreprise Digitale, Entreprise et Société, Idées/L’entreprise digitale, paradis ou folie ?

L’entreprise digitale, paradis ou folie ?

Print Friendly

D’ici cinq ans, les trois quarts des décisions managériales seront prises par un algorithme

Source : Finance : le roi des hedge funds rêve d’un algorithme pour lui succéder – France 24

La « digitalisation » des entreprises est l’une des tendances majeures de l’évolution des entreprises. On l’associe souvent à une forme de libéralisation, d’ouverture : par le développement des transversalités, des modes projet qui remplacent les structurations hiérarchiques traditionnelles; par les possibilités qu’elle ouvre de contact direct avec les autres, avec les clients, avec le monde; par l’élimination progressive des tâches administratives sans valeur ajoutée. Plusieurs auteurs font des liens entre les avancées des outils et pratiques de la digitalisation et les nouvelles tendances de fond des organisations vers l’autonomisation des salariés, le développement de la confiance, voire la « libération » si l’on n’a pas peur des grands mots. Je crois effectivement que les outils du manager digital peuvent aider à développer l’intelligence collective, à ouvrir les fonctionnements et les canaux de communication, à promouvoir une agilité bien vécue.

Cependant, j’ai toujours été persuadé que la science et les techniques n’ont de valeur que par l’utilisation que l’on en fait. Concernant l’entreprise digitale, l’article cité en source est assez inquiétant  : la vision de l’entreprise digitale proposée ici est en effet un véritable enfer.

Ou plutôt, l’enfer étant parait-il plutôt chaud et très probablement surpeuplé, un désert. En effet, ce que le PDG de ce fonds d’investissement* veut éliminer, c’est l’humain. Croyant que « les émotions nuisent au fonctionnement optimal de la machine humaine« , il espère confier à une intelligence artificielle – « PriOS,  le système d’exploitation des principes » – le soin de prendre un grand nombre des décisions prises dans son entreprise. Bon, en réalité, on comprend que ce qu’il veut éliminer c’est surtout les autres humains – le système étant censé incarner – immortaliser ? sa propre pensée.

Cet entretien assez désolant peut être considéré avec un peu de recul, en forme de questionnement. A qui et à quoi servent les discours sur l’intelligence artificielle, sur l’entreprise digitale, et sur la digitalisation de notre propre entreprise ? Quelles vigilances devons-nous adopter, pour éviter que la digitalisation ne prenne un chemin inquiétant ? Quels élements devons-nous affirmer et construire, pour que la digitalisation devienne chez nous un vrai facteur de progrès ?

A chacun de nous d’y réfléchir.. J’aurais aimé que cet entretien soit daté du 1er avril, mais non..

*Attention, Bridgewater Associates n’est pas votre petit club d’investisseurs de quartier : c’est le plus important hedge fund au monde, et en tant que tel un acteur majeur de la « mondialisation folle », celle de la finance spéculative dérégulée et débridée…

 

2017-01-25T07:55:26+00:00