Print Friendly, PDF & Email

l’Enquête du Sens : premiers résultats

Voilà les tous premiers résultats de l’Enquête du sens !
J’ai analysé les 50 premières réponses à la première question : « Un travail riche de sens, pour vous, c’est quoi ? »

Le nuage des mots signifiants les plus fréquents (wordle) est reproduit ci-dessus. L’impression globale est claire : ce qui donne le plus de sens, ce sont les autres, les valeurs, l’utilité… et l’être est plus important que l’avoir!

Au-delà de cette vision globale, des tendances plus précises se dégagent. Quatre dimensions reliées entre elles me semblent  regrouper l’essentiel des réponses :

  • L’Utilité, la Mission (30 des 50 réponses la mentionnent explicitement, chacune avec ses propres mots)
    • Nous voulons avant tout faire un travail utile, apporter une valeur ajoutée, contribuer, servir la collectivité ! Cette notion est probablement la plus fréquente dans les réponses exprimées. Qui a dit que l’argent motivait ? Au fait, l’argent n’est mentionné dans aucune des 50 réponses, bien que le mot « reconnaissance » quelquefois employé, puisse l’inclure.
    • Plus spécifique des dirigeants et managers, nous souhaitons être en mesure de définir une vision et de la mettre en oeuvre, dans une logique compréhensible, avec une finalité visible, à travers des projets qui créent de la valeur… et qui réussissent (ce dernier facteur a été rarement évoqué, à ma grande surprise !)
    • Plusieurs réponses lient l’utilité au thème de l’attention aux autres : il s’agit de contribuer ensemble, avec les collègues et les équipes; et l’utilité dont on parle est souvent rapportée à la collectivité, aux « autres ». Les deux thèmes sont ainsi, en réalité, très proches ou liés.
    • Certaines réponses évoquent le fait d’obtenir de la reconnaissance, d’être impliqué dans les décisions.

    « Avoir la capacité d’ imaginer et de  mettre en œuvre des projets créateurs de valeur (sociales et économiques) »

  • L’attention aux autres (25 des 50 réponses) :
    • Permettre à chacun de s’épanouir, de progresser : un thème très présent
    • Le thème du « bien travailler ensemble » est bien présent également : travailler en confiance, en cohérence; partager; co-construire
    • Moins fréquent : prendre soin de l’humain, favoriser le bien-être de tous

    « Un travail qui me fait sentir vivante parmi les autres »

  • L’épanouissement (24 des 50 réponses) :

    Un champ riche, regroupant plusieurs idées. A nouveau, ce thème est lié aux autres thèmes : notamment, l’épanouissement est rarement décrit sans un lien et une attention aux autres, comme par exemple dans  « s’épanouir et permettre aux autres de s’épanouir » . Voici le sprincipale smodalités citées se rattachant à l’épanouissement :

    • Le progrès : apprendre, grandir, progresser, évoluer…
    • Le plaisir : travailler avec joie, maintenir un équilibre ou un bien-être
    • La créativité, à travers de beaux projets, de nouvelles idées (se rattache également au thème d el’utilité)
    • L’actualisation de soi : exprimer son potentiel, faire ce qui nous convient, être à sa place, se nourrir sur le plan spirituel, … s’épanouir!

    « exprimer, incarner ce que l’on est et ce à quoi on croit. Donner et recevoir, apprendre et partager ses convictions »

  • Les valeurs (9 des 50 réponses) :
    • Elles recueillent nettement moins de suffrages que les autres thèmes, et sur un champ lexical pauvre : souvent la « cohérence avec mes valeurs » est nommée, sans que ces valeurs soient explicitées. C’est pourquoi le mot « valeurs » apparaît fortement dans le wordle du début, alors qu’à l’inverse l’épanouissement, rarement nommé comme tel, n’apparaît pas.

    « Qu’il soit en adéquation avec mes valeurs, ma vision et ce que j’aime »

L’image globale que je retiens de cette première analyse, est belle. Ce qui a du sens pour les répondants, c’est de s’épanouir, avec les autres et en produisant des résultats utiles à la collectivité.

Il y a sans doute bien sûr ici, un biais de recrutement (les personnes qui répondent ne sont pas statistiquement représentatifs) ainsi qu’un effet de désirabilité sociale (nous répondons en partie, ce que nous pensons être « bien »). La question du sens elle-même semble « élever » les réponses : on ne nous parle pas d’argent, de pouvoir, et même très très peu de réussite, mais la spiritualité est plusieurs fois mentionnée.

Cependant, ce qu’ont écrit 50 personnes concernées, c’est bel et bien ce que j’ai reproduit. A ce stade je me demande si les détecteurs de talents, les « motivateurs » à diverses positions, voire les savants auteurs sur la performance collective, sont bien en phase avec cette réalité…

Si vous n’avez pas participé à l’enquête, il est encore temps!

Cliquez, et faites circuler auprès de votre réseau professionnel

Participer
[/fusion_builder_column]Quoi qu’il en soit, ces visions partagées sur le sens peuvent donner quelques idées sur les manières de motiver les personnes.. pour peu que le sens soit un facteur de motivation, ce que j’ai tendance à croire.

Pour compléter, j’ai résumé cette analyse des réponses dans un petit « mind map » que vous pourrez consulter ci-dessous… ou télécharger librement, si vous en avez l’utilité.

Enfin, voici aussi deux livres sympathiques, que j’indique parce que leurs thèses rejoignent, ou confirment quelque  peu cette première analyse :